Pharmacopée n°78

Le génial et bienfaisant Chögyam Trungpa écrit : « Tout ce que l’on a à faire est de se démasquer, si pénible que cela soit ».

Ne pas se mentir, ni se la raconter, être vrai, s’appuyer sur ce qui est. Depuis 1970, le mois de juin est celui des fiertés. Personne au monde ne doit être discriminé, stigmatisé, regardé de travers, pointé du doigt à cause de ce qu’il est. Il y a encore un sacré boulot !

J’aimerais juste témoigner humblement et sans pathos combien il est encore difficile pour moi d’avouer en toute simplicité que je « préfère » comme on dit les garçons sans craindre un rejet, un bannissement social.

Et surtout inviter chacune, chacun à œuvrer concrètement à une société plus éveillée, plus tolérante, plus humaine, plus douce, sans violence.

Voilà c’est dit, maintenant non-fixation, don de soi et confiance…

Merci infiniment d’être là.
Alexandre

3 Comments on “Pharmacopée n°78”

  1. Depuis que je vous ai lu ce matin, vos mots tournent en boucle: fierté, regard de l’autre, jugement…
    Et puis ce mot que je ne connaissais pas: l’acrasie, m’est revenu. Cette peur; ce qui nous retient en nous mêmes d’être nous mêmes.
    Vous nous faites avancer sur notre propre chemin. Merci !

  2. « Tout ce que l’on a à faire est de se démasquer », faut-il encore pouvoir clairement distinguer ce qui procède de notre nature de ce qui procède de notre culture. Qui/que suis-je ?
    Mais comme le dit Mathieu Ricard: même si le chemin est très long, le sentiment que nous marchons dans la bonne direction est plus que suffisant pour maintenir un sentiment d’accomplissement.
    Alexandre, bravo pour votre témoignage.

  3. Se démasquer ? BOF , les masques peuvent être utiles voire nécessaires.
    Ne pas se mentir ? Des fois cela vaut mieux, tant que ça aide.
    Etre vrai ? S’appuyer sur ce qui est ? Tout est impermanence et changement, donc même ce qui est soi disant vrai et ce qui est. …
    Et le vrai est très relatif … non ? Question d’angle aussi.
    Avouer ? Y a t il une faute ? Un sentiment de faute, de culpabilité, de honte apprise ?
    A désapprendre …. Comme tout ce qui est tyrannie et esclavage. Un travail à vie.
    Pour le reste… , oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *