Pharmacopée n°63

Bienvenue à toutes et tous sur ce nouveau site. Il voudrait être un carrefour, le lieu d’échanges, de ponts. Pas plus que le bonheur, la spiritualité ne se bâtit seul dans son coin. Merci à tous pour votre fidélité, pour votre soutien et pour votre aide qui m’aident à emprunter le chemin chaotique et joyeux de mon existence.

Je planche actuellement sur la question du tragique de l’existence. Comment trouver la joie, pleine et entière au coeur des tourments. Et récemment, sur ce terrain, une âme avisée m’a donné un sacré coup de main. Nous étions en plein déménagement, nous venions d’arriver de Séoul et, devant la pagaille, elle a eu ces mots qui agissent, depuis, comme un mantra : « C’est le bordel, mais il n’y a pas de problème! ».
Quelle plus belle invitation à rigoler devant ce qui nous échappe, à laisser un peu de côté cette soif de tout maîtriser. Paroles qui font écho à celles de Nietzsche : « Il faut encore porter du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse ».
Je souhaite à tous et à chacun, mille étoiles qui dansent. Merci de tout coeur.
Alexandre

29 Comments on “Pharmacopée n°63”

  1. Je m aperçois souvent que je
    Suis démuni face des charges de travaux qui se présentent à moi. Et finalement, dès que je me lance, les choses se passent plutôt bien.
    Donc, en effet, aucun intérêt de se morfondre devant une montagne mais se lancer avec sérénité, à 100% dans l’accomplissement de sa tâcre.
    Bien à toi Alexandre et à tous commentateurs.

    1. OUI, le chaos en moi, et cherchant, désespérée, une sortie. Je ne pouvais la trouver que dans l’un de vos livres, vote analyse, vos mots vivants, votre douceur percutante sont essentiels pour moi!
      PETIT TRAITE DE L’ABANDON et VIVRE SANS POURQUOI : ma clé était là…

      Pardonner pour aimer plus encore. Pour faire fleurir l’espoir sur le terreau de la rancœur et de la peur mêlées. Et ma vraie vie est sortie de ses cartons ficelés.

      Mille mercis, pour moi et pour tant d’autres, Monsieur JOLLIEN

  2. Cela fait bien des années que je travaille sur moi, par des lectures, des conférences, des rendez-vous chez un psychiatre ou une psychologue. J’ai l’impression que mon regard s’est aiguisé, que je suis devenue plus exigeante, et du coup, que je m’éloigne de la sérénité et de la paix intérieure.
    Bien à vous.

  3. Belle pensée Alexandre,
    Je suis moi aussi en plein déménagement, c’est donc un peu une bourrasque dans ma vie quotidienne.
    Dans ce mouvement, c’est la musique qui m’apaise et me redonne mon propre rythme
    Très bonnes fêtes de Pâques

  4. Merci Alexandre de cette nouvelle pharmacopée.
    Que vivons nous derrière le tragique de l’existence, les tourments ?
    Il me semble que selon leur degré, leur intensité et leur impact dans nos vies, suivant nos traumatismes et nos ressentis émotionnels, ils vont nous affecter de différentes manières en chacun de nous. L’émergence de la joie me paraît délicate et difficile.
    Pour les tourments sans conséquence grave, étant anxieux de nature, il m’a été difficile de lâcher du mou sur des craintes à ne pas y arriver. Aujourd’hui après un cheminement avec de belles rencontres qui m’ont aidées, le mantra c’est plutôt « On verra bien » …
    PS : Je viens de finir une deuxième lecture de votre livre « Le philosophe nu ». Cela s’avère une nouvelle fois une aide pour essayer d’aller vers la non fixation des choses, celles qui prennent une place déraisonnable dans nos pensées et qui nous coupent de la joie. Merci Alexandre
    Je trouve la nouvelle présentation du site claire avec un accès facilité aux différents sujets

  5. Toujours avec vous cher Alexandre cette joie et cet optimisme que vous savez si bien dispenser.
    Le tragique de l’existence se présente à nous sous diverses formes , pas toujours prévisible, mais qu’il faut arriver à maitriser et si possible à surpasser.
    Merci Alexandre de nous donner matière à penser et à la lecture de vos livres vous savez toujours nous y aider.
    De tout coeur, cher Alexandre, avec vous et votre famille.

  6. Contre le tragique ,oser le rêve,oser les rêves pour élaborer avec tous , un monde plus heureux, autour de soi et plus loin encore , au bout du bout du monde. Et puis , faire éclore en soi et autour de soi une myriade d’étoiles pour le bonheur du plus grand nombre. J’avance avec toi Alexandre, et avec tous. Merci.

  7. Bonjour Alexandre,

    tes messages touchent tellement de monde tout comme tes livres. Ceux ci m’aide au quotidien, relativiser, prendre du temps pour sois, se ressourcer et réfléchir.
    Comment ne pas fondre dans la peur, l’angoisse et le désespoir face aux épreuves de la vie.

    tes phrases sont pleines de sens et nous donnent à réfléchir.

    Merci

  8. oui le tragique de l’existence a plusieurs visages et donc plusieurs degrés. Il est difficile pour certains d’affronter des situations qui leur paraissent insurmontables mais qui au bout du compte n’était pas si tragiques ni compliquées. Depuis quelques années j’ai réussi à lâcher prise et il est vrai que la vie est plus légère. le 11 décembre dernier la vie m’a imposé un événement tragique qui, même en essayant de prendre de la distance, est plus difficile à surmonter : la perte d’une amie . Alors il faut que j’aille chercher plus loin pour un jour je l’espère retrouver la légèreté de la vie.

  9. Bonjour alexandre,
    Avec mon époux, nous buvons vos livres . Nous avons commencé par l’éloge de la faiblesse. Nous l’avons fait partagé autour de nous. Nous avons apprécié beaucoup de vos commentaires, surtout le « comment ça va ? » . Nous lisons actuellement : 3 amis en quête de sagesse. Mon époux est atteint d’une sclérose en plaques depuis 11 ans et son état se dégrade de plus en plus. Nous avons tous notre lot de souffrances sur la terre.
    Nous sommes chrétiens et nous étudions la Bible chaque jours. Nous sommes persuadés que nous avons choisi avant de venir sur terre cette situation. Pourquoi ? Pour agrandir la gloire de Dieu en la manifestant comme Jésus sur terre. Bien sûr, être à l’image de Christ est un pèlerinage à chaque instant.
    Nous sommes une petite communauté chrétienne de 15 personnes, nous sommes ouverts à toutes personnes, quel que soit sa situation. Je vous laisse nore site revelationbible.fr
    Chaleureusement.

  10. Bonsoir, Alexandre,

    J’ai lu « Eloges de la faiblesse » et « Petit traité de …. », excuse-moi, je ne me rappelle plus le titre exacte du deuxième livre.
    J’ai adoré le deuxième livre qui m’a fait oublier tout mes soucis. Je suis une personne handicapée, souffrant d’agoraphobie et d’autre angoisses et peurs. C’est très difficile tout les jours. Je travaille dans un ESAT où l’ambiance n’est pas toujours au beau fixe. Tes livres m’ont fait oublier tout ces problèmes. Malheureusement, j’ai tendance à oublier ce qui est bien pour moi et me renferme de nouveau dans mes problèmes. C’est un cercle vicieux. Je ne sais pas comment sortir de tout cela. Aujourd’hui, je suis allée par hasard sur ton blog qui est très bien actualisé. J’ai lu la pharmacopée du mois d’avril, j’ai bien aimé l’expression : c’est le bordel, il n’y a pas de problèmes. Et aussi faire danser les étoiles. Mais du coup, ce qui était un problème tout à l’heure, l’ait moins. Merci Alexandre ! J’espère que je vais retrouver tes livres, c’est autant le bordel dans ma tête que chez moi. J’aimerai tant les relire. Parce que c’est une vrai source de joie et de bonheur. Merci de tout cœur.

  11. bon retour en Europe. Cela doit être effectivement ‘le bordel’ ce transfert d’ailleurs à ici.
    Merci pour votre site . Je vous souhaite une bonne installation et toute la paix, le courage et la persévérance pour écrire un nouveau livre qui nous nourrira.
    Aujourd’hui à la radio Frédéric Lenoir qui est en train d’écrire un livre avec Luc Ferry. Pour Frédéric Lenoir, le bonheur vient de son regard, pour Luc Ferry des autres.
    Votre lettre me fait sourire. Contente de voir que vous allez bien.
    Bonne installation à vous tous. Amicalement.

  12. Bon retour et bon emménagement !!
    Moi aussi je viens de déménager et d’emménager… Mais tout ça à l’intérieur de la France ! Mais quand même pas évident…. C’est le bordel effectivement et particulièrement…. dans ma tête !!!
    Mais au milieu de tout ça, il y a vos écrits qui me portent et m’encouragent à continuer encore et encore.
    Oui le chemin de la spiritualité n’est pas toujours facile. Mais n’oublions pas que c’est nous qui créons le chemin et que nous devenons le chemin…
    Un de vos livres est sur ma table de chevet et j’ai votre sourire chaque soir avant de m’endormir. Cela pourra faire rire certains, mais à chacun ses petits remèdes…
    Une jolie phrase que j’ai noté peu de temps avant de déménager : » Nous devons abandonner la vie que nous avons planifiée pour vivre celle qui nous attend… »(Joseph Campbell).
    Alors profitons de chaque instant ! Que la Vie vous soit douce, qu’elle vous aide et vous apporte le meilleur.
    Bonne nouvelle vie ! Amicalement.

  13. Merci pour tout cet amour, Alexandre ! Reçois, recevez tous le mien …

    Voici une superbe prière de l’Abbé Pierre :

     » La vie n’est pas un rêve, un plan de l’homme. Elle est un acquiescement.
    Dieu nous guide par les événements : à nous de dire oui ou non.
    La vie est plus un consentement qu’un choix. On choisit si peu !
    La seule liberté de l’homme, c’est de tenir la voile tendue ou de la laisser choir, lassé.
    Le vent n’est pas de nous. Dieu souffle. A nous de prendre le vent !  »

    Bon vent à tous …

  14. Sur ce tragique de l’existence, en ce moment en re éducation suite a un grave accident, je pense à cette phrase que j ai lue un jour et qui disait à peu pres ceci : « lorsque je me retourne et que je vois tous ces petits cailloux que j’avais pris pour des grandes montagnes  »
    Je ne sais plus qui l’a écrite. Mais vous, Alexandre, sans doute la connaissez vous.

  15. Ordo Ad Chao! j’ai eu l’occasion de le vérifier ces dernières années et aujourd hui je peux dire finalement que c’était pour mieux rebondir,
    Sortir de mes zones de conforts , de chercher au fond de moi l’étincelle qui fait mon humanité m’a permis de pouvoir me dire , je peux faire face au chaos , je construirais un monde meilleur , le mien d’abord et peut être le notre un peu . Je peux vivre chaque moment comme une vraie joie et je m ‘avancerais à dire que je suis heureuse .

  16. Bonjour Alexandre,

    J’aime beaucoup la phrase de Nietzsche que vous citez et qui donne, peut-être, un tout début de petit bout de départ de solution: il ne s’agit pas simplement d’accepter l’inexorable du chaos – ce qui est déjà une sacrée tâche -, mais de savoir l’accueillir pour mieux voir toutes les graines de sens et d’harmonie qu’il porte en son sein même. Pour moi, ce n’est donc pas là le tragique de l’existence mais son essence même. Et cela me procure une grande joie :-).

    Merci pour toutes vos pensées et réflexions, que je me réjouis de parcourir plus à fond.

  17. Bonjour M. Jollien,

    Je suis en train de finir « Trois amis en quête de sagesse », c’est véritablement édifiant. J’admire le travail sur soi effectué par les trois intervenants et l’importance accordée à la notion de bienveillance. Je vais recommander ce livre autours de moi et l’offrir autant que je peux. Merci beaucoup.

    M@t

  18. mes saluts à tous:
    celui qui vous écris est aveugle de naissance et sourd à 70%
    Le tragique de l’existence? le fait inéluctable qu’on vieillis, qu’on se rapproche de la grande mort car, les petites sont quotidiennes. L’autre tragédie c’est qu’on appartient à une société, plus grande que la somme des individus. La sagesse ne s’occupe souvent que de l’individu ou flot de conscience mais la politique ou gestion du bien commun, l’économique, la maison des échanges; quel sagesse pour ça? nous avançons plus vite en techno qu’en sagesse collective; je l’appelle de tout mes voeux. Je voudrais tant être utile, tellement! pationnément mais comment faire avec tant de déficit de communication? Merci pour tes livres Alexandre, je n’ai pas lu: le métier d’homme et l’éloge de la faiblesse car, pas dispo dans nos bibliothèques et je pressens qu’ils me feraient du bien, autant que le philosophe tout nu!
    que la joie soit un brin d’herbe, capable, sans bruit de percer le ciment de nos urbanités.

  19. Bonsoir Alexandre,

    Simplement envie de vous souhaiter une belle installation dans cette nouvelle étape de votre vie. Vous dire également le plaisir que j’ai à vous lire et à savoir que vous existez. Bises à vous et votre famille,

    Isabelle

  20. Bonjour Alexandre
    Que de tempête dans ma tête,que de problème qui n’en sont pas,ou si peux. . Respirer,regarder autour et dans son Coeur. . Savoir que tout passe, le mauvais n’existera pas longtemps finalement.le bon restera dans mon Coeur,dans mon âme. Zazennement votre bel Alexandre

  21. oh ! un espace d’écriture pour balayer un coup vite fait devant sa porte puis passer à autre chose … c’est chouette Merci les créateurs !
    j’aime l’idée que nous puissions tous ensemble jouer d’un instrument pour produire des sons dans un monde pareil , pleins de bizarreries certaines amusantes , d’autres tristes !
    j’affectionne l’émotion , ma maîtresse m’y engage si souvent …ne reste plus qu’à être alerte à l être . et merci tous les gens d’en haut qui sont en route actifs contemplateurs .

  22. bonjour Alexandre

    je souhaite vous dire merci, j’ai expérimenté ce matin « ce n’est pas compliqué », mon ado de 17 ans s’est levé tôt ce matin (miracle)! je lui ai demandé de l’aide pour descendre des meubles et ranger la cave, comme nous avions des difficultés à faire passer les meubles, nous avons fait un arrêt et j’ai dit « ce n’est pas compliqué » et j’ai raconté à mon fils que je venais de lire votre livre. Il a souri et nous avons réussi à tout faire dans la bonne humeur ! ce que je retiens c’est un moment de complicité passé avec mon fils simplement au travers d’une activité banale
    merci de transmettre vos expériences, d’être tout simplement
    passez une belle journée

  23. Bonjour Alexandre, bonjour à tous,

    J’espère que vous allez bien.
    Merci beaucoup pour cette très belles pharmacopée. C’est tellement juste et sympa de la lire et relire encore.

    Je dois avouer que j’y avais déjà pensé, notamment en parcourant un livre du Dalaï Lama sur son enfance, sa vie et l’exil. J’avais été stupéfait de découvrir ce qu’il raconte à propos de moines qui ont été emprisonnés, les souffrances qu’ils ont du endurer et qui, dans cette infernale tourmente savaient garder intacte la lumière en eux, une paix céleste, solidement éternelle, que rien ne peut ébranler.
    Qu’elle délivrance que de comprendre cela, de le voir chez d’autres puis d’espérer pouvoir l’appliquer.

    D’ailleurs pas plus tard que ce matin je me suis encore posé la question à cause de petits tracas dans mon existence qu’il faut gérer ou tout du moins subir, alors que j’aurais besoin d’un calme immense pour finir une composition qui me tient en échec depuis des jours et des jours … mais comment garder mon calme ?

    Essayer de s’en rappeler simplement (certes aujourd’hui avec votre aide).
    Dire zut à cette envie de tout contrôler et telle une baudruche trop gonflée sous l’effet du soleil, prête à péter, accepter de se laisser pousser par un vent salutaire vers une douce zone ombragée et calme.

    Merci encore et bien à vous,

    Philippe

  24. « Comment trouver la joie, pleine et entière au coeur des tourments. »
    Et s’il n’y avait pas de méthode, pas de comment, pas d’explication : chaque génération s’est posée la question depuis toujours, et jamais aucune réponse décisive n’a été apportée. La seule réponse, c’est la vie, l’expérience et le témoignage de chacun : je connais le bonheur absolu tout en vivant les mêmes aléas que chacun, en ayant eu des épreuves très difficiles comme tout le monde, notamment pendant mon enfance. Et aujourd’hui encore, je connais des épreuves, comme tout le monde à nouveau. Et cependant, il y a cette lumière dans ma vie, toujours et inexplicablement présente, indéfinissable et pourtant précise et, j’en suis le premier surpris, invariable quelques soient les circonstances. Ce que je peux dire, c’est que la vie elle-même m’a obligé à abandonner mes opinions, et qu’a posteriori, je me rends compte que je comprimais la vie en moi avec mes idées que j’entretenais et auxquelles je tenais bêtement. Aujourd’hui, je ne cultive plus les opinions ni sur la vie ni sur les situations ni sur les êtres humains. Je suis comme un enfant, toujours à découvrir et à m’étonner, ouvert sans rien chercher à retenir.

  25. Porter du chaos en soi , ne pas être K.O. La danseuse est encore endormie et le doux bruit de la disqueuse vient bercer son sommeil léger. Va-t-elle se réveiller? Oui sûrement au firmament.
    Merci Alexandre pour ton inspiration quotidienne.

  26. Quelle belle soirée à Montpellier . Belle annonce en ce début de lAvent.

    Le chaos et le bordel il y en a en ce moment dans ma vie entre les séparations de jeunes couples et les déraillements des mamies .

    Alors la petite phrase « c’est le bordel , c’est pas un problème  » est un joli mantra pour ce moment . Et la petite étoile de Nietzche est un bon guide.

    Merci infiniment pour ce moment si riche et intense .

    Belles fêtes de Noël avec votre famille .
    Laurence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *