Pharmacopée n°63

Bienvenue à toutes et tous sur ce nouveau site. Il voudrait être un carrefour, le lieu d’échanges, de ponts. Pas plus que le bonheur, la spiritualité ne se bâtit seul dans son coin. Merci à tous pour votre fidélité, pour votre soutien et pour votre aide qui m’aident à emprunter le chemin chaotique et joyeux de mon existence.

Je planche actuellement sur la question du tragique de l’existence. Comment trouver la joie, pleine et entière au coeur des tourments. Et récemment, sur ce terrain, une âme avisée m’a donné un sacré coup de main. Nous étions en plein déménagement, nous venions d’arriver de Séoul et, devant la pagaille, elle a eu ces mots qui agissent, depuis, comme un mantra : « C’est le bordel, mais il n’y a pas de problème! ».
Quelle plus belle invitation à rigoler devant ce qui nous échappe, à laisser un peu de côté cette soif de tout maîtriser. Paroles qui font écho à celles de Nietzsche : « Il faut encore porter du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse ».
Je souhaite à tous et à chacun, mille étoiles qui dansent. Merci de tout coeur.
Alexandre

5 Comments on “Pharmacopée n°63”

  1. Je m aperçois souvent que je
    Suis démuni face des charges de travaux qui se présentent à moi. Et finalement, dès que je me lance, les choses se passent plutôt bien.
    Donc, en effet, aucun intérêt de se morfondre devant une montagne mais se lancer avec sérénité, à 100% dans l’accomplissement de sa tâcre.
    Bien à toi Alexandre et à tous commentateurs.

  2. Cela fait bien des années que je travaille sur moi, par des lectures, des conférences, des rendez-vous chez un psychiatre ou une psychologue. J’ai l’impression que mon regard s’est aiguisé, que je suis devenue plus exigeante, et du coup, que je m’éloigne de la sérénité et de la paix intérieure.
    Bien à vous.

  3. Belle pensée Alexandre,
    Je suis moi aussi en plein déménagement, c’est donc un peu une bourrasque dans ma vie quotidienne.
    Dans ce mouvement, c’est la musique qui m’apaise et me redonne mon propre rythme
    Très bonnes fêtes de Pâques

  4. Merci Alexandre de cette nouvelle pharmacopée.
    Que vivons nous derrière le tragique de l’existence, les tourments ?
    Il me semble que selon leur degré, leur intensité et leur impact dans nos vies, suivant nos traumatismes et nos ressentis émotionnels, ils vont nous affecter de différentes manières en chacun de nous. L’émergence de la joie me paraît délicate et difficile.
    Pour les tourments sans conséquence grave, étant anxieux de nature, il m’a été difficile de lâcher du mou sur des craintes à ne pas y arriver. Aujourd’hui après un cheminement avec de belles rencontres qui m’ont aidées, le mantra c’est plutôt « On verra bien » …
    PS : Je viens de finir une deuxième lecture de votre livre « Le philosophe nu ». Cela s’avère une nouvelle fois une aide pour essayer d’aller vers la non fixation des choses, celles qui prennent une place déraisonnable dans nos pensées et qui nous coupent de la joie. Merci Alexandre
    Je trouve la nouvelle présentation du site claire avec un accès facilité aux différents sujets

  5. Toujours avec vous cher Alexandre cette joie et cet optimisme que vous savez si bien dispenser.
    Le tragique de l’existence se présente à nous sous diverses formes , pas toujours prévisible, mais qu’il faut arriver à maitriser et si possible à surpasser.
    Merci Alexandre de nous donner matière à penser et à la lecture de vos livres vous savez toujours nous y aider.
    De tout coeur, cher Alexandre, avec vous et votre famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *