Pharmacopée n°73

Devant un quolibet, une moquerie, un regard jugeant dans la rue, je me dis souvent que cet épisode ne durera qu’une fraction de seconde dans ma vie et qu’il faut à tout prix faire la séparation entre l’essentiel et les points de détails. Comment accueillir le flot de projections, comment écouter une parole sans en être durablement affecté mais tout en restant oh combien sensible ?

Peut-être que Montaigne est un guide. En tout cas, dans Les Essais, au chapitre intitulé « De l’expérience », il donne assurément une clé : « La parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui écoute ». A bon entendeur salut … !

Tous mes voeux vous accompagnent et encore merci pour votre soutien. Il est des paroles, des regards qui sauvent.

Alexandre

2 Comments on “Pharmacopée n°73”

  1. OUI … et donc avec ou sans foi, avec ou sans zazen, bouddhisme taoisme…, avec ou sans philosophes, avec ou sans psychanalystes, avec ou sans humour, avec ou sans amour, avec ou sans écrivains cinéastes chanteurs… avec ou sans artisans et artistes… avec ou sans richesses… avec ou sans… la vie reste bien difficile, même avec tous ces « amis » et « tout ce qui aide et qui prend soin ». « Tout ce qui est liens alliés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *