Pharmacopée n°67

La badaboum attitude

Un mien ami me conseillait récemment, alors que je devais me rendre à une réunion qui m’impressionnait un peu, de me livrer à la badaboum attitude, c’est-à-dire débarquer avec tout ce que je suis sans peur ni attachement, sans volonté de plaire ni peur du regard d’autrui.
Et d’ajouter : « Tu arrives, badaboum ! Tu te donnes à la vie, et badaboum ! Tu en ressors, avec générosité et grâce … »
A méditer assurément.
A nouveau, loin des rôles, loin de toute volonté de maîtrise et de paraître, laisser être l’existence qui nous traverse, nous donner sans réserve, instant après instant, à l’autre.
Alors, badaboumons-nous les uns les autres …

8 Comments on “Pharmacopée n°67”

  1. si le badaboum ne marche pas, on peut toujours embrasser son égo et sourire de soi.
    Et autres alliés… « whatever works » comme dirait Woody Allen.

  2. Bonjour Alexandre
    Je vous avais rencontré il y a déjà quelque temps au forum 104 à Paris
    Vous étiez en train de jouer avec votre fis à quatre pattes sous les tables
    Je vous souhaite un chemin lumineux parszmé de pétales de fleurs multicolores

    Vivre dans la joie

    Jean cheistophe Lambret
    Psychiatre psychothérapeute

  3. Bonjour Alexandre

    Etre en badaboum, belle expression qui me touche
    Peut être que c’est elle qui va me permettre de me sortir de l’impasse que je me créée autour de moi à cause le peur de ne pas plaire…

    Merci Monsieur Jollien Alexandre, vous me touchez énormément en ce moment, vos mots sont échos dans mon moi.

    Mercis sincères

    Barbara

  4. Bonjour,

    « nous donner sans réserve » (……….. (réflexion )……….. ) cela est risqué.
    Plutôt donner avec principe, non?

    Bonne journée

    CC

  5. « quand notre cœur fait ‘boom’ – il chante ‘love in bloom’… » fredonnait le sieur Trenet… et voilà maintenant que l’âme d’Alexandre fait ‘badaboom’… waouh !!… badaboomons, babadoumons donc !!… à Vous et à vos amours, sourire et tendresse cher philoboomesque…….

  6. être authentique ; avec son aura d’ange et son bruit de casseroles qui sont nous aussi.
    dommage que vous ne puissiez plus écrire. Dommage votre voix nous parlait si bien de nous au creux de l’oreille.
    Bel été

Répondre à CORREARD Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *