Pharmacopée n°57

Comment faisions-nous pour vivre avant? Avant Internet, avant Facebook et les réseaux sociaux, avant les e-mails? Pouvons-nous encore retrouver un âge d’or où toutes ces tyrannies domestiques nous laisseraient enfin tranquilles?

Depuis peu, quelques amis m’encouragent à oser le pas que je viens de franchir: fermer mon compte Facebook et profiter du temps ainsi retrouvé pour me rapprocher d’une vie plus contemplative. D’ailleurs, quels seraient les premiers pas d’un apprenti contemplatif : ralentir un peu, aller à son propre rythme, apprécier à fond ce qu’il y a de bon dans chaque instant, bannir toute précipitation, pratiquer la solidarité et quitter tout esprit de calcul, poser chaque jour des actes qui nous libèrent…  Bref, être là et profiter vraiment de la vie, avec cette sagesse qui rend au quotidien sa simplicité et sa beauté.

Merci à chacun de vous pour votre soutien et votre fidélité qui me sont très précieux. Je vous souhaite à tous un joyeux été, connectés à l’essentiel et donc déconnectés du reste. Voilà le défi qui m’attend : partir en vacances du moi et de ses obsessions.

Bon été à tous.

Alexandre

22 Comments on “Pharmacopée n°57”

  1. Merci !
    Ce tout petit mot , pour vous dire tout ce que je vous dois, et que j’ai rencontrées au fil de la lecture de vos livres, lus et relus…une véritable quinte passionnellequi m’a poussée à regarder les vidéos et trouver votre blog, pour ma plus grande joie ! Je vous souhaite le meilleur dans la paix et la joie !
    Votre moi et vos obsessionsne peuvent pas dissimuler la belle personne que vous êtes !
    Marie.

  2. Bonjour Alexandre,

    Ne soyez pas inquiet … on peut très bien vivre sans Facebook. je n’ai jamais eu de compte facebook et j’ai réussi à vivre sans !
    Je cultive la slow life … et j’adore. Dès que je rentre du travail … je me mets naturellement à mon rythme ! J’apprécie cette écoute de moi même que je cultive au jour le jour. J’éprouve un vrai sentiment de liberté et de bonheur à écouter en moi même ce besoin de vivre en prenant le temps de savourer chaque instant de vie !

    C’est un espace qui s’ouvre à soi où les contraintes extérieures et intérieures tombent et un enchantement autre nait à celui ou celle qui tente l’expérience !

    Choisir la manière de vivre sa vie reste peut être une de nos dernières libertés et peut être la plus importante car elle fait de nous des êtres conscients de leurs actes, gestes et paroles !

    Belles et excellentes vacances à vous Alexandre et toute votre petite famille, à tous, et à toutes.

    Eliane

  3. Bonsoir,
    Les questions que vous posez au début de cette nouvelle pharmacopée sont tentantes. Souvent nous aimons penser que c’était mieux avant … ou que ce sera mieux après … Les tyrannies domestiques que vous évoquez n’existaient pas avant internet mais nous pouvons être surs qu’il y en avaient d’autres que nous ne pouvons pas connaître puisque nous n’y étions pas ! Et puis la vie quotidienne était plus laborieuse … Aujourd’hui nous avons la chance de pouvoir choisir, exercer notre liberté, poser des actes forts pour s’ancrer dans nos choix. Mais que c’est donc difficile d’être libre ! C’est le chemin de toute une vie ! Nous sommes des chercheurs en chemin
    Bel été aussi à vous Alexandre entouré de ceux que vous aimez et qui vous le rendent bien

  4. Bonjour Alexandre,

    Ce que je remarque c’est qu’avant il y avait moins de moyens de communication mais aussi moins de gens seuls. Aujourd’hui, où il est possible de communiquer avec n’importe qui de 36 façons différentes, il y a beaucoup trop de personnes souffrant de la solitude. Personnellement je n’ai pas facebook et je suis inscrite sur aucun réseau sociaux et lorsque je veux voir quelqu’un ou rencontrer du monde , j’utilise des moyens ancestraux, comme me rendre directement au domicile de la personne, me rendre à un évènement et discuter spontanément, regarder un match au bar et non seule dans mon salon, me rendre à un atelier… je pense que notre monde moderne manque d’initiatives et de lieux de rencontre (sans but précis) gratuit où tous age et tous horizons pourraient venir échanger simplement.

    Bonne été à vous tous
    Nathalie

    1. Bonjour Nathalie,
      Je viens de lire votre commentaire et je voudrais vous dire que je partage complètement votre avis concernant cette contradiction entre ces nombreux moyens de communication mis à notre disposition et ce nombre important de personnes souffrant de la solitude. Nous essayerons cependant de rester positives en soulignant qu’heureusement, il existe de belles personnes, comme Alexandre et bien d’autres (pouvant se trouver tout près de nous) avec qui nous pouvons échanger et partager nos questionnements sur la vie… et autre… Prenons le temps d’ouvrir nos yeux autour de nous pour rencontrer ces personnes ! Pour répondre à votre idée de points de rencontre, j’ai découvert très récemment qu’il existait des « phylo cafés ». Peut-être connaissez-vous ? Bien à vous Nathalie. Et encore un énorme merci à Alexandre que l’on aimerait tellement recevoir dans chacun de nos foyers tellement il nous est proche. Beaucoup de bonheur à vous tous et vos proches …

  5. Bonjour Alexandre, vous savez quel bonheur pour moi de vous avoir connu par l’émission de Frédéric Lopez. Depuis j’ai lu tous vos livres et je suis avec une immense joie toutes les fois où je peux vous voir à la télévision. La paix et la sérénité que vous engendrez sont tellement merveilleuses et ces deux sentiments si rares vous nous les donnez grâce à vos livres. Je lis et relis chaque soir un chapitre de votre dernier livre et j’essaie de méditer sur ce que vous y avez écrit. Merci Alexandre et ce bonheur que vous donnez à vos lecteurs on voudrait vous le redonner aussi grand.
    Où êtes vous maintenant Alexandre avec votre famille ?
    Pour vous Alexandre, votre femme et vos enfants, passez un merveilleux été plein de bonheur, de joies et de sérénité.
    Je n’ai pas de réseaux sociaux et cela ne me manque pas mais seulement internet grâce auquel je peux vous écrire.

  6. Bonjour Alexandre,

    Merci beaucoup pour cette paisible pharmacopée et les commentaires qui m’inspirent plein de réflexions.

    Merci aussi pour la précédente qui m’a fait découvrir une personne extraordinaire, source d’espoir et de paix, une lumière dans les ténèbres. Du coup elle m’a emmené dans un long et sombre voyage historique sur … internet !
    En effet comme je n’y connais pas grand chose en matière de seconde guerre mondiale, je suis allé faire un tour sur Wikipédia et depuis, de page en page, jour après jour, je voyage encore dans cette hallucinante et terrible histoire qui est arrivée il y a si peu. Cette histoire me turlupine fort (si j’osais m’exprimer ainsi) et en fin de compte j’ai l’impression qu’une sorte de confusion généralisée, à tous les étages, s’est alors emparée du monde. Le règne de la confusion aurait-il tout permis ?
    J’ai aussi l’impression que de nos jours une autre confusion généralisée règne avec le commerce mondial des animaux, mais c’est encore un autre sujet. A force de cliquer sur ma souris je finis peut-être par amalgamer 🙂

    Un clic sur la souris et hop on se retrouve en Pologne à voir ce qui s’est passé … et hop ! un autre clic, vous entraîne ailleurs pour éclairer l’époque qui précédait, qui illustre un peu plus les choses, et ainsi de suite … c’est immense et ma curiosité est limitée par le temps que je peux y consacrer. Je me dis que je n’aurais pas eu les moyens d’investir dans une autre forme de documentation. Doit-on confondre les réseaux sociaux, les égarements qu’ils peuvent provoquer avec ce que peut apporter internet, si il reste libre ? Il me semble que tout est lié et c’est compliqué. En même temps c’est utile mais vous avez raison, çà peut devenir de concert une véritable tyrannie chronophage.

    Il n’y a qu’à voir tous ces gens qui semblent errer dans la rue, plongés dans leur téléphone portable, comme dans un film fantastique. Ce qui est aussi inquiétant, parce que très insidieux, ce sont les ondes générées par toute cette électronique et dans lesquelles nous finissons par baigner complètement. Les ondes wifi et autres peuvent avoir des effets dangereux pour la santé et qui sont chaque jour un peu plus démontrés, une épée de Damoclès ?
    Il me semble qu’un bon réflexe à avoir est de couper le wifi et de retourner à une « bonne vieille » connexion filaire.

    Je vous souhaite également un très bel été à vous, votre famille et à tous et à toutes, vives les vacances !

    Philippe

  7. Bonsoir Alexandre,
    Effectivement, se libérer de la « virtualité », j’y pense de plus en plus souvent, étant dans le milieu de la com. mais j’avances chaque jour un peu plus sans les réseaux sociaux… Et je me sens mieux, apprécies à nouveau (car oublier de l’enfance) les moments présents, avec vos livres entre autres. Je redécouvre le vrai monde, avec le chaos de ma vie mais avec ce détachement et cette force intérieure (si petite qu’elle soit). Belles et douces vacances à vous Alexandre et toute votre petite famille.

  8. Merci Alexandre de ce que vous nous apportez au travers vos expériences de vie et votre travail sur vous même.
    C’est avec plaisir que j’ai lu votre dernier livre « Vivre sans pourquoi ». Votre détermination vers une profonde spiritualité est touchante car elle demande un engagement de tous les jours en avançant avec nos imperfections et le monde qui nous entoure.
    Que cet été nous apporte de la joie, de l’émerveillement et du repos

  9. Bonjour Alexandre,

    Quelle joie de pouvoir échanger avec vous. Vous êtes mon maître spirituel. Je vous lis ou vous écoute presque quotidiennement.
    Je vous ai découvert récemment (2 ans env) et je découvre par votre parcours votre pratique du zazen.
    Je ne suis pas à proprement parlé un pratiquant (ou pas encore).
    Je pratique un sport qui m’aide beaucoup, le trail (course à pied en nature) et j’essaie grâce à vous de vivre l’instant présent à fond, aussi bien dans ma pratique sportive que dans la vie quotidienne.
    Vraiment merci pour tout.
    Bonnes vacances et à très bientôt.

    Cyril

  10. Evidemment le lacher prise de tout est toujours tentant ! Mais n’oublions le partage que nous permet Internet et même les réseaux sociaux, si l’on se départit d’un égotisme stérile !
    Cette société colaborative que nous appelons de nos voeux est peut être en train de naître sous nos yeux. Il faut y apporter notre modeste contribution.

    1. J’avoue que je suis un peu de votre avis – car pour ma part je suis en reconversion professionnelle en tant qu’éducateur et, chose surprenante, malgré que j’aime de moins en moins internet – on nous demande de rédiger nos projets et de puiser nos infos sur ordinateur – ainsi que de les rédiger ! Donc j’ai réappris à…et pris par la même occasion, un coup de
      « fraîcheur « toute l’année 2014/2015 en matière de relation, d’apprentissage et d’habitude de vie. !Non sans mal, cependant j’en ai souffer et en souffre encore, mais malgrés tout je réussi – car je travail – c’est peut etre la dernére fois à 46 « balais » que je pourrais suivre un cursus diplomante ! la vie ce sont des choix et pour autant toute cette année – vers la moitié de la formation j’ai eu comme la conviction que j »étais dans l’erreur – et que je le suis peut être encore ? Ceci par rapport à ma santé – Interenet n’est pas mauvais si on s’en sert bien ! Et la santé reste une de mes préoccupations principales que je dois apprendre à combiné avec le travail – si difficile soit il ! Je ne prone pas le travail, o contraire j’ai envie d’arrêter plus d’une fois – mais quelque part j’ai decouvert une force qui me permet d’avancer – mais s’amenuise : (..car j’éprouve plus de mal a mediter – souffrant physiquement ..- comment faire, auriez vous des trucs ou idées pour continuer la pratique ?- merci alex. et tout les autres : ) Marc

  11. Monsieur,
    nous apprécions votre simplicité, votre paix, votre auto-critique et le respect d’autrui…
    que vous diffusez dans notre contexte social perturbé et perturbant..;
    Ce message va partir de Blois et arrivera en Corée… génial !
    Bon week end à vous
    Je fais partie d’une chorale qui essaie de faire diffuser à un large public la musique classique, peut-être viendrez-vous nous écouter à Blois…
    Si vous me répondez à bientôt sur le web…
    Catherine

  12. Bonjour ,
    Certes les réseaux sociaux peuvent être nuisibles à l’âme humaine et la détourner de l’essentiel.Toutefois Ils s permettent une communication à distance géographique éloignée.En ce sens ils peuvent alléger la solitude et ses travers .Il existe aussi de plus en plus de qu^tes à l’essentiel au travers divers associations:la mienne s’appelle Heureux qui communique .genre de café phyto philo à raison d’une causerie mensuelle .C’est pour moi une ouverture vers la spiritualité et par toutes les pistes que j’explore à l’issue de ces rencontres je me ressource intérieurement dans le fond du fond comme vous dites .Merci pour toutes ces pistes que vous nous tendez puissent-elles être profitables à tous pour pouvoir vivre dans la sérénité du moment ici et maintenant .

  13. Bonsoir Alexandre, Corinne, Victorine, Augustin et Céleste,
    C’est difficile de dire à quelqu’un qu’il nous manque, quand on ne le connait pas vraiment, mais l’amitié vraie, c’est aimer l’autre dans son entier.
    Certes, je mentirais en disant que vous ne me manquez pas sur facebook, pas un jour ne passait sans que j’aille un peu aux nouvelles,mais quelle joie de savoir que tout va bien pour toute la famille.
    Vos écris, vos reportages, vos conférences, j’en ai tant lu, vous m’avez tant apporté, que même sans facebook, je serais toujours là, donc, je vous dis à bientôt, avec toute mon affection et un grand merci pour tout le bien que vous faîtes autour de vous, et tellement plus loin encore 😉

    Frede

  14. Bonjour Alexandre,

    J’aimerais simplement te passer un salut depuis la Suisse. Cela fais 2-3 ans que ton ouvrage que tu m’as gentiment offert ( Petit traité de l’abandon) repose dans ma bibliothèque et attendais d’être lu. L’ironie du sort m’a amené à commencer à lire ce livre durant mes nuits d’insomnies. J’ai dû attendre ces insomnies pour m’orienter et commencer à lire ton livre!
    C’est un message très clair que je reçois et un clin d’oeil de ta part.
    Merci à toi et une merveilleuse aventure en Corée.
    Au plaisir de te revoir
    Diego Machnick

  15. Bonjour Alexandre, comme celui qui est repu est libre de sa pensée, il est bon de faire une pause communication pour se recentrer sur soi. Quant au passé, cela me fait penser à la réflexion d’un ami quand je lui disais qu’il n’y avait plus ces veillées familiales au coin du feu comme avant. Et lui de me répondre: »c’est surtout là qu’il faisait chaud » ! Pas bête. Cordialement

  16. Bonjour Alexandre,
    je voudrais tout d’abord vous dire que chaque fois que je vous écoute, ou que je vous lis, cela touche en moi quelque chose de si profond que je sens comme une réconciliation avec moi-même ; et pour cela je vous remercie. En effet, la lutte quotidienne que l’on s’inflige parfois n’a plus lieu d’être si l’on arrive a se débarrasser de cette « vanité » que vous évoquez souvent. j’essaie d’y travailler chaque jour du mieux que je peux, même si parfois l’appel de la facilité retentit plus fort…Il faut être courageux pour envisager la vie avec joie et paix.
    Bien cordialement,
    Marie-Pierre

  17. Salut Alexandre qui n’est pas Alexandre et c’est pourquoi je t’écris, Alexandre,
    Juste pour te dire que ta vie sauve la mienne. Au moins un peu. Mais je crois à mesure que je te lis et que je me comprends (je crois) mieux, que c’est beaucoup, beaucoup. Peut-être complètement.
    Tu réussis à me faire faire le lien entre toutes ces connaissances que j’avais emmagasinées sur la vie, les autres et le monde.
    Je suis prof de fac et, depuis, j’ai vraiment quelque chose à dire à mes étudiants.
    Permets moi de t’embrasser
    Denis, qui n’est pas Denis et c’est pourquoi il ose t’écrire

  18. Bonjour Alexandre.
    Vos écrits sont passionnants …..mais pas seulement, quelle belle et singulière ouverture sur le « comment » appréhender l’existence. Un régal de sincérité ou l’on peut se surprendre à vous rire! j’adore. Mon fils vous ayant vu à une émission de télé, me confie  » je n’aime pas lire, mais lui je veux bien. Je lui ai offert deux livre à son anniversaire (petit traité de l’abandon, et vivre sans pourquoi). Vous réussissez là ou beaucoup d’autre échoue, donner l’envie, quelle belle victoire….sans tralala, mais juste l’essentiel.
    Je vous souhaite un bon séjour en Corée avec votre famille, et sachez que « sans pourquoi » on vous AIME.

  19. Internet, facebook, reseax sociaux, emails… sont des outils. Ils ne sont pas des maux en soi. Il faut réflechir sur les raisons qui nous poussent à en abuser… pas « retourner » en arriere 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *