Pharmacopée n°41

J’ai rencontré un moine qui m’a dit : « Détournez-vous des railleries. Ne prêtez pas l’oreille quand quelqu’un médit d’un autre. » Alors j’ai pensé à la phrase de Pascal qui dit : « Personne ne parle de nous en notre présence comme il en parle en notre absence. L’union qui est entre les hommes n’est fondée que sur cette mutuelle tromperie ; peu d’amitiés subsisterait si chacun savait ce que son ami a dit de lui lorsqu’il n’y était pas. » Ce que je dis dans le dos de mes proches, serais-je capable de le leur communiquer face à face ? Voilà peut-être l’exercice spirituel, oser la sincérité, être totalement véridique pour aller vers l’autre sans filtre ni censure. Et si en plus on pouvait y ajouter du tact, ce serait sans doute l’esquisse d’un art sublime de la rencontre. Aimer l’autre, c’est peut-être être vrai sans l’écraser…

20 Comments on “Pharmacopée n°41”

  1. c’est tellement vrai, mais dur de dire ce que l’on pense à un ami de peur de le perdre, car la vérité n’est pas toujours bonne à entendre.

  2. Merci de cette pharmacopée qui nous invite à la sincérité
    Dernièrement j’ai visionné une comédie sur le sujet « Les meilleurs amis du monde » . Quand des amis par mégarde entendent vos critiques à cause d’un portable mal raccroché. C’est le point de départ d’une satire quelque peu jubilatoire car c’est avant tout un film, avec également une belle leçon sur les relations amicales.
    En partage la bande annonce: http://www.youtube.com/watch?v=vW3GOIU55fY

  3. Une amie, que je connais depuis quelques années, sait, parfois, me questionner sur mes propres béances, même si cela me fait mal, jusqu’aux larmes. Je lui suis reconnaissante de son intérêt, par rapports à tous ces manques, que je porte en moi. Elle sait ce qu’elle peut me dire, ce qu’elle peut me demander, et cela s’appelle l’intelligence.

  4. : « Détournez-vous des railleries. Ne prêtez pas l’oreille quand quelqu’un médit d’un autre. »….Hier soir j’ai vu « parenthèse inatendue » et j’ai découvert un homme capable de vous faire changer le regard…. et pourtant je suis enseignante spécialisée, et la différence n’est plus dans mon vocabulaire…. et pourtant ce matin un jeune homme trisomique est venu habillé en robe et le ragard des autres est devenu une douleur…. alors comment peut on gérer les autres?

    1. Vouloir gérer les autres n’est peut être pas la bonne solution, tout simplement parce que contrôler autrui c’est le priver de ses libertés. De plus si nous reprenons une idée de Pascal, l’Homme est fondamentalement mauvais, les moqueries hélas sont un moyen trop facile de faire du mal. Essayez donc d’aider ce enfant qui en est victime afin qu’il prenne conscience que le regard de l’autre, même si l’on se construit à travers, ne doit pas nous faire souffrir jusqu’à notre essence même si nous sommes incapables de nous accommoder avec cette souffrance. Laissons libre cours à notre imagination et notre créativité pour exprimer notre joie telle qu’on la conçoit. Que ce bonhomme ne refoule pas son originalité, cela serait vraiment dommage.

      1. Merci pour cette réponse… et pour l’approche faite à travers le regard de Pascal. Ce jeune est depuis ce jour enfin lui-même au delà des regards et des moqueries! Son originalité reste présente et c’est là le principale.
        cordialement

  5. Et si on retournait la phrase : Ne disons pas derrière ce que nous ne dirions pas devant. Si nous ne pouvons dire les choses face à face, c’est peut-être que ces choses ne nous font pas honneur. Alors tâchons de garder pour nous ces pensées négatives. Mieux, abandonnons-les pour ne garder que les positives.

    1. ç est ce que je m’efforce de faire. je cherche toujours intérieurement des excuses pour les faiblesses et les méchancetés de ceux qui m’entourent: amis ou autres, pour éviter de penser d’eux ce que je n’oserais leur avouer.mais c’est fatiguant et lassant.

  6. j’appelle ça « parler vrai » : c’est un exercice difficile que de dire le vrai de notre pensée, sans inutilement blesser l’autre, en restant positif et bienveillant. Je m’y entraîne depuis quelques années et quand j’y réussis, la joie m’habite toute entière

  7. Attention toutefois car la franchise peut être source de douleur pour l’autre! Ne nous « débarrassons » pas de notre sincérité sans mesure… Demandons-nous si nous aimerions que l’autre nous dise ce que nous allons lui « infliger »! Je donne un exemple idiot: essayez de dire à un proche qu’il (ou elle) a mauvaise haleine! Moi, jer n’y suis jamais arrivé!… Mais je pense que chacun a ses limites à la délivrance de « sa » vérité! Lesquelles ne sont pas nécessairement les mêmes que celles de ceux auxquels cette « vérité » serait révélée…

  8. Cher Alexandre,
    Je vous ai découvert dans l’émission « La Parenthère inattendue » présentée par Frédéric Lopez. Quelle merveilleuse rencontre ! J’admire votre parcours, votre lucidité et votre grandeur d’âme. J’ai connu la souffrance, la violence et les regards malveillants, mais les vrais amis ont été là. Un vrai ami est celui qui toujours porte un regard bienveillant et qui est là en toutes circonstances. Un vrai ami ne juge pas, un vrai ami écoute et rassure. Bien sûr, nos chemins sont très différents, mais je comprends tout à fait ce que vous avez pu ressentir et la façon dont vous avez su réagir est admirable. Ce qui est admirable aussi est d’avoir eu des parents et un entourage qui vous a fait confiance et qui a cru en vous comme vous-même avez cru en vous. J’ai voulu lire votre ouvrage « Eloge de la faiblesse » mais il est en réimpression et en prêt dans toutes les bibliothèques de Lyon. Quel succès ! Je l’aurai bientôt entre les mains. Votre site est truffé de petites merveilles, de paroles si pures et si vraies. Merci d’être qui vous êtes et de nous faire part de vos riches réflexions.
    Bonne continuation, Alexandre, et bon voyage en Corée !
    Virginie

  9. Merci Alexandre Jollien. quand je vous écoute,je me sens capable de beaucoup. vous me persuadez que humble femme que je suis dans le milieu fermé ou je suis ,je suis capable de beaucoup pour moi et les autres.

  10. La sincérité est la clé de l’Amitié, rine de ne doit êtte tabou avec un Ami, mais ceux que nous croyons nos amis, le sont-ils vraiment? La sincérité est un acte de courage et de respect de l’autre, une vision différente qui ne peut que nous anrichir mutuellement. La bienveillance sera nécessaire mais elle ne doit pas atténuer la sincérité , là est le tact ! actes difficiles mais si le monde était un peu moins faux, nous n’en serions pas à perdre notre temps dans des futilités, et nous irions à l’Essentiel…
    j’apprends que vous êtes en voyage, la plus belle exeprience de la vie, le voyage,
    alors explorer au maximum de vos rencontres pour nous revenir rempli de nouvelles expériences
    Très cordialement
    ML

  11. Par nature spontannee, j ai aussi ce gros defaut de dire ce que je pense. Loin de vouloir en imposer je fuis les faux semblants et les bien pensants par crainte sans doute d etre bernee. Il est certain que je ne fais pas toujours plaisir mais j ai souvent remarque que cela remttait les pendules a l heure. En retour j attends aussi que les autres fassent de meme avec moi et je sais que par sensibilite je ressens souvent plus de complaisance dans les propos d autrui que de sincerite. Bien sur qu il ne faut brusquer personne mais a force de prendre des gands on fini par emousser sa sincerite. J aprends tous les jours au contact de personnes come Alexandre qui sont juste parce qu il ne cherche pas a plaire mais a transmettre leur foi en ce qui les construit, merci Monsieur aussi pour cela.

  12. bonjour, c’est formidable vos bouquins. Dommage qu’on ne les trouve pas en CD lus par vous même, votre voix apporte quelque chose qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

  13. Bonsoir,
    J’ai effectivement lu dans « Le philosophe nu » que vous souffriez de railleries… Je suis désolée, tellement désolée que des lycéennes un peu stupides réussissent à vous faire du mal ainsi. Et en même temps je m’étonne qu’elles réussissent à vous atteindre : vous êtes « Alexandre Jollien ». Vous n’êtes pas n’importe qui : vous êtes merveilleux comme nous le sommes tous. 🙂
    Je vous souhaite de trouver en vous assez d’amour pour cesser de souffrir de ces railleries idiotes, et je suis bien certaine que ces railleurs regretteront un jour leur agissement.
    Amicalement,
    Joy

  14. Bonjour
    Moi qui suis difficilement sincère je me réfugie souvent derrière les manières raffinées pour prétendre à l habileté.
    Ce n’ est pas par malveillance mais la distance juste avec l autre m est étrangère. . Le noble octuple sentier et sa parole juste m aide ( éviter de mentir éviter des paroles malicieuses éviter des paroles dures éviter des paroles inutiles) et je préfère suivre ces conseil plutôt que de prétendre savoir ce qui est bénéfique. Avec. 2 oreilles, pour écouter 2x plus qur parler. Cela suffit. Dailleurs j’ aime me répéter cette phrase de je ne sais qui ; On est jamais aussi bien que ce que les gens croient mais on est jamais aussi mauvais que ce que l on pense de soi.
    Merci à vous pour tout et belle soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *